Rechercher

Les générations à venir changeront entre 4 à 6 fois de métier ou d'entreprise lors de leur carrière.



EVOLUTION DE CARRIERE, RECONVERSION, CHANGEMENT D’ENTREPRISE : UN BOULEVERSEMENT EN COURS ET A VENIR




Auparavant il n’était pas rare de passer toute sa carrière dans la même entreprise ou dans la même fonction ou d’évoluer mais au sein de la même organisation.

Les vocations dans le secteur de l’enseignement, de la santé, du service public ou encore l’appartenance à de grandes organisations et entreprises, étaient la norme.


« On ne quittait pas son emploi comme ça »


Dans la majorité des cas, on intégrait une société, un secteur, une activité, on développait un sens de l’appartenance et un plan de carrière qui laissaient peu de place à des changements importants.


Aujourd’hui, la future disparition de certaines activités liées aux évolutions technologiques, le changement des besoins/valeurs des nouveaux travailleurs, le manque d’effectifs ou de moyens menant à des dégradations très importantes des conditions de travail conduisent et vont conduire les actifs à changer entre 4 à 6 fois d’emploi et/ou d’entreprise dans leur carrière.


«Les jeunes générations seront amenées à changer de 4 à 6 fois d’emploi et/ou d’entreprise dans leur carrière »


C’est là qu’intervient tout l’intérêt d’un bilan de compétences dont l’objectif est "d’éclaircir ce paysage de la reconversion" pour trouver :

· Les métiers,

· Les secteurs

· les pistes professionnelles

qui peuvent répondre aux besoins des personnes et à leurs attentes.


Que l’on soit en début de carrière ou en fin de carrière, il n’y a pas d’âge pour faire un bilan de ses compétences, pour visualiser/repérer ses points forts et ses axes de progrès, découvrir des compétences transférables ou encore booster sa carrière.


Les bilans de compétences peuvent en outre être entièrement financés grâce au compte personnel de formation ou par les entreprises lors d'un plan de développement des compétences.

Concernant le compte CPF, il est acquis par chaque salarié sur la base de 500 euros par an pour un temps plein, ce qui lui permet d'utiliser ce budget pour financer un bilan, une formation ou encore un accompagnement vers une validation des acquis.

25 vues0 commentaire